mercredi 1 mai 2019

Le Poët-Laval : déambulation artistique

Le village perché du Poët-Laval, près de Dieulefit dans la Drôme, abrite de bien belles maisons en pierres. Le vieux village médiéval a été patiemment rénové. En 1925, il était quasiment en ruines et inhabité.  Depuis la Révolution, c’est le hameau de Gougne, près de la rivière qui a prospéré. Le village fortifié récupère doucement quelques habitants, et notamment des artistes, qui créent et exposent leurs œuvres, pour le plus grand plaisir des nombreux visiteurs de l’un des « plus beaux villages de France ».



Cet article s’inscrit dans le cadre du RDV mensuel #En France Aussi, créé par Sylvie du blog Lecoin des voyageurs. Ce mois-ci, on visite des maisons d’artistes,  c’est le thème proposé par Paule-Elise du blog 1916 kilomètres 



Nous garons la voiture au parking aménagé sur la droite, bien à l'ombre. Le village est piéton. De bon matin, les ruelles sont encore tranquilles.



La première "maison d'artiste" apparaît rapidement : l'atelier de Françoise Aymé-Martin.




Françoise a posé ses valises au Poët-Laval. Originaire de Montélimar, cette artiste peintre a beaucoup bourlingué.  Après avoir participé à de nombreuses expositions en Europe et au Canada, elle a souhaité installer un lieu pour elle. A la fois lieu de vie, atelier et galerie, la maison du Poët-Laval est ouverte depuis avril dernier.






Ce qui frappe en entrant, c’est la lumière. Françoise a choisi un décor tout blanc, qui contraste avec les vieilles pierres de la maison et du village.  En ce matin d’avril, le soleil entre à flots et vient illuminer les tableaux. 




On pénètre dans un univers onirique, joyeux et coloré. Ses toiles racontent la vie, toute simple, une femme allongée, les draps froissés, un citron posé, des amants enlacés… Et des paysages rêvés ou parcourus, les bateaux à Port-Vendres, le bleu de la mer à Collioure, où elle expose aussi, les champs de colza de la Valdaine, la forêt… 



Au détour d’une pièce, on croise des drôles d’animaux qui évoluent dans des histoires fantastiques. Françoise crée des décors de théâtre, des affiches, des illustrations... ou encore des miroirs et des objets enchantés, dans la mouvance "art singulier, art d'aujourd'hui" du festival Bann'Art .
En voir plus, sur son site : francoise-ayme-martin.com/



D’autres œuvres sont également exposées : en ce moment des encres et calligraphies de Chantal Merlet : 


Quelques ruelles plus loin, sur les remparts, se trouve un autre lieu magique : la Commanderie des Créateurs. Cette maison abrite des céramistes et des créateurs de bijoux depuis 1959. C’est maintenant une boutique associative, où pas moins de 18 créatrices et créateurs dévoilent leurs œuvres. 




Les artistes se relaient pour tenir la boutique. Aujourd’hui, c’est Domo-Ko, la maroquinière, qui nous accueille. Céramiques, créations textiles, bois, feutre, verre, bijoux de très beaux objets sont présentés là, à mille lieux des magasins de souvenirs produits en Chine ou ailleurs. Plus sur Facebook




On peut y voir aussi les œuvres d’autres peintres, dont Naïma Carbonare, installée aussi au Poët-Laval, dans son "artisterie". Elle peint merveilleusement la forêt, les arbres, les écorces…

En savoir plus : www.naima-carbonare.com/

Plus loin, des céramistes exposent quelques unes de leur production.
De tout temps, le Poët-Laval a été une terre à potiers. En 1830, on recense 27 fabriques, qui emploient 250 ouvriers sur le village. Ce sont alors des poteries culinaires qui sont produites : bols, assiettes, pots, plats... En 2019, on est plus sur des créations artistiques, comme en témoigne un autre projet, en bas du village, "L'usine". L'usine réunit céramistes et peintres, dans un lieu de création et d'exposition. Nous n'aurons pas le temps aujourd'hui d'aller le visiter, mais ce n'est que partie remise, les lieux artistiques sont nombreux au Poët-Laval : Centre d'Art Yvon Morin, galerie Craft... et il y en a d'autres à Dieulefit.




Mais une autre maison du village attire notre attention : le donjon du Château des Hospitaliers. Comme beaucoup de monuments historiques, il a été rénové par une bande de passionnés, et il n'est ouvert que quelques jours dans l'année. Aujourd'hui, justement ! On grimpe !



La montée se fait par paliers : les salles ont été réhabilitées et meublées avec quelques objets trouvés lors des travaux. 



En haut, la vue plongeante sur le village, et sur le pays de Dieulefit est très belle. Une curiosité nous attend : un pigeonnier qui pouvait loger plus 700 oiseaux. Non, ce n'est pas un centre de tri postal géant (!), mais plutôt un garde-manger...



Et pour finir, une petite orchidée singe, trouvée dans les ruelles en bas du village:


Renseignements pratiques :

- un bistrot de pays sympa "Tous les matins du monde", dans le nouveau village

Et voici la carte de France des autres "Maisons d'artiste" - articles écrits par les blogueurs de voyage #EnFranceAussi :


5 commentaires:

  1. un bien bel endroit! bonne journée!

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cette jolie balade !

    RépondreSupprimer
  3. Je suis passée dans ce village il y a quelques années et j'avais déjà remarqué une belle concentration d'artistes ! Il y a de jolies créations ! :)

    RépondreSupprimer
  4. Je ne connais pas du tout ce coin, mais j'adore ce style de village. Merci pour la découverte.

    RépondreSupprimer